Vous êtes ici : chimie > Zoom sur

Zoom sur

Le Pr. Sabine Szunerits nommée à l'IUF

 

Le Professeur Sabine Szunerits a été nommée le 2 juin 2011 membre junior de l'Institut Universitaire de France (IUF Nouvelle fenetre, voir plus loin).

Cette nomination sera effective pendant une durée de 5 ans renouvelable.

l'UFR de Chimie compte donc maintenant 2 membres juniors IUF :  Sabine Szunerits et Franck Dumeignil, Professeur à l'UCCS Nouvelle fenetre et porteur du projet Eurobioref Nouvelle fenetre, nommé le 1er octobre 2010.

Sabine Szunerits

Professeur à l'Université de Lille 1 depuis septembre 2009 en 31è section (Chimie théorique, physique, analytique) et promue Professeur 1ère classe en 2010, Sabine Szunerits fait partie de l'Institut de Recherche Interdisciplinaire (IRI Nouvelle fenetre) dans l'équipe Nanobiointerfaces Nouvelle fenetre dirigée par Rabah Boukherroub.

Ses travaux de recherche consistent à connecter une chimie de surface contrôlée, une structuration de surface à l’échelle du micron et du nanomètre et l’étude des interactions biomoléculaires à l’échelle moléculaire selon 4 grands axes de recherches :

1. Développement de nouvelles interfaces plasmoniques
2. Nanostructuration des surfaces de diamant hydrogéné et dopé au bore pour des applications en biosciences
3. Functionalisation des nanoparticules metalliques (e. g. Au, Ag) et semi-conducteurs (e.g. Si, diamant)
4. Corrosion/Biocorrosion : protection des métaux et semi-conducteurs avec des films superhydrophobes ou des couches minces.

Côté enseignement, Sabine Szunerits intervient à différents niveaux et formations à Lille 1 notamment à l'UFR de Chimie :

  • en Licence de Chimie en cours et en TD sur la « Structure et propriété de la matière ».
  • dans le Master ASC (Advanced Spectroscopy in Chemistry), programme Erasmus Mundus, où elle intervient :
    • dans des modules traitant des aspects chimie de surface/intégration avec des molécules biologiques/bio détection.
    • dans l'option spectroscopie pour la biologie, enseignement basé sur les systèmes plasmoniques très utilisés pour des applications biologiques.

 Publications récentes significatives

1. Amorphous silicon-carbon alloys for efficient localized surface plasmon resonance sensing.
E. Galopin, L. Touahir, J. Niedziółka-Jönsson; R. Boukherroub, A. C. Gouget-Laemmel, J.-N. Chazalviel, F. Ozanam, S. Szunerits ; Biosensors and Bioelectronics, 2010, 25, 1199-1203

2. Electrochemical Impedance Spectroscopy of ZnO nanostructures Thicknesses.
H. Liu, G. Piret, B. Siber, J. Laureyne, P. Roussel, W. Xu, R. Boukherroub, S. Szunerits, Electrochem. Commun., 2009, 11, 945-949

3. Stability of antimony-doped SnO2 thin films on silver: electrochemical and surface plasmon resonance studies.
M. Manesse, R. Sanjines, V. Stambouli, R. Boukherroub, S. Szunerits; Langmuir, 2009, 25, 8036-8041

4. Clicking ferrocene groups to boron-doped diamond electrodes.
M. R. Das, M. Wang, S. Szunerits, L. Gengembre, R. Boukherroub; Chem. Commun., 2009, 2753

5. Photografting and patterning of oligonucleotides on benzophenone modified boron-doped diamond.
S. Szunerits, N. Shirahata, P. Actis, J. Nakanishi, R. Boukherroub, Chem. Commun., 2007, 2793 (hot article:  http://www.rsc.org/Publishing/Journals/cc/News/B705821G_szunerits.asp Nouvelle fenetre)

 

l'IUF

L’Institut Universitaire de France (IUF Nouvelle fenetre) a pour mission de favoriser le développement de la recherche universitaire de haut niveau et de renforcer l’interdisciplinarité.

Il a été créé par le décret du 26 août 1991, sous la forme d’un service du ministère chargé de l’enseignement supérieur, pour permettre que l’activité scientifique d’enseignants chercheurs de haut niveau soit reconnue et encouragée dans leur université d’appartenance.

 

l’Institut Universitaire de France poursuit ainsi deux objectifs :

- aider les universités à tendre vers l’excellence en matière de recherche et améliorer les conditions d’exercice de la fonction de recherche des universitaires ;

- contribuer à une répartition équilibrée de cette excellence dans le pays. C’est pourquoi 2/3 au moins des membres de l’IUF doivent appartenir à des universités de province.

 

L’enjeu principal de l’IUF est de rendre l’enseignement supérieur attractif aux chercheurs les plus créatifs et de faire face à une concurrence amplifiée par l’internationalisation.

Toutes les disciplines ont vocation à être représentées à l’IUF.

Les membres de l’IUF, obligatoirement enseignants-chercheurs, continuent à enseigner dans leur université d’appartenance avec un horaire adapté et bénéficient de crédits de recherche spécifiques.

L’Institut universitaire de France a pour ambition d’encourager les jeunes dont les talents exceptionnels commencent à être reconnus, puisque 60% des membres nommés chaque année sont des membres juniors âgés de moins de 40 ans.

La nomination à l’IUF est prononcée pour une période de cinq ans, éventuellement renouvelable.

Les membres juniors et seniors de l’IUF sont sélectionnés par deux jurys pluridisciplinaires distincts, largement internationaux puisqu’ils comprennent au moins 40% de scientifiques étrangers.

Le nombre de postes ouvert chaque année, fixé à l’origine à 40, a été régulièrement augmenté depuis 2006. Pour l’année 2010, il a été fixé à 150 : 85 membres juniors âgés de moins de 40 ans et 65 membres seniors